Handicap : une plaine de jeux inclusive va ouvrir ses portes à Uccle

Le monde d’Ayden, c’est le nom d’une toute nouvelle plaine de jeu intérieure pour les enfants de 0 à 12 ans, avec ou sans handicap. Un lieu « unique » et inclusif autant pour les enfants accueillis que pour le personnel. Située à Uccle, cette belle initiative est portée par Lou Garagnani, maman du petit Ayden, porteur d’une maladie génétique rare.

Plaine de jeux inclusive pour enfants avec ou sans handicap à Uccle
Crédit photo : Le monde d’Ayden

 

« Si tu diffères de moi frère, loin de me léser, tu m’enrichis ». Ces mots d’Antoine De Saint-Exupéry sont écrits en grandes lettres sur la façade d’une toute nouvelle plaine de jeux inclusive dédiée aux enfants avec ou sans handicap. Le projet se dessine depuis un moment et est désormais sur le point d’aboutir. Hospichild s’est entretenu avec Lou Garagnani, l’initiatrice et fondatrice du monde d’Ayden.

Qu’est ce que Le monde d’Ayden exactement ?

Ayden, c’est le nom de mon deuxième petit garçon. J’ai nommé l’asbl ainsi pour lui faire un clin d’oeil. Il s’agit d’une grande plaine de jeux intérieure où tous les enfants de 0 à 12 ans, porteur d’un handicap ou non, pourront jouer et s’amuser en toute sécurité et, surtout, en inclusion. Grâce à une campagne de crowdfunding, on a pu mener à son terme ce projet que je mûri et construit depuis 1 an et demi.

Comment est née cette belle initiative ?

Tout est parti de mon histoire personnelle. J’ai très vite constaté que les loisirs tels que les musées, les plaines de jeux… sont peu ou pas accessibles aux personnes handicapées. Cela voulait dire que mes deux garçons allaient devoir grandir dans deux mondes séparés avec des activités distinctes alors qu’ils ont les mêmes centres d’intérêts et qu’ils s’enrichissent l’un l’autre… Je trouvais ça vraiment dommage pour eux et pour les autres enfants qui vivent dans une fratrie similaire. L’enfant différent est souvent obligé de fréquenter des lieux spécialisés, qui sont très bien, mais qui n’offrent pas de possibilité d’inclusion. Alors que l’inclusion doit justement intervenir très tôt chez les enfants pour que le handicap soit pleinement intégré à la société. Face à ce manque de loisirs inclusifs, j’ai donc voulu réagir en créant mon propre projet ouvert à tous.

Quelles activités y seront proposées ?

Dans une grande pièce ouverte et divisée en différents espaces, de nombreuses activités seront proposées aux enfants :

  • Grand écran au sol de 2,5 m sur 4 m qui diffusera des images d’eau, de nuages… et sur lequel les enfants pourront marcher.
  • Espace construction avec toutes sortes de blocs de différentes textures, des grands puzzles…
  • Grande balançoire en nid d’oiseau.
  • Bateau pirate au centre où on peut escalader, grimper, glisser sur un toboggan…
  • Ancienne voiture (Fiat 600) dans laquelle les enfants peuvent monter et des vraies pompes d’essence qu’on a récupérées pour simuler le plein d’essence.
  • Mur avec des tuyaux percés où il faut lancer des balles.
  • Circuit en bois à construire.
  • Espace psychomotricité avec des blocs en mousses, des ballons…
  • Espace bébé pour les moins de 3 ans avec, pour les mamans, un coin allaitement.
  • Espace déguisement et grimage.
  • Etc.

Outre ce grand espace ouvert muni de panneaux réducteur de bruit et où chaque activité est expliquée par écrit, en braille ou avec des pictogrammes, il y aura aussi une salle Snoezelen fermée où il fera sombre avec des petites loupiotes partout et où de la musique calme sera diffusée. Il y aura aussi une salle pour les anniversaires et un espace cantine pour boire un verre ou manger un petit encas. 

Les enfants seront-ils encadrés ? Accordant ainsi du répit aux parents.

En dehors des stages, les enfants devront être accompagnés par leurs parents. Ces derniers pourront ainsi veiller sur leurs bambins, mais aussi discuter entre eux devant une petite collation ou, le week-end, devant un brunch. Dans la salle, il y aura aussi des accompagnateurs, eux aussi porteur, ou non, d’un handicap, pour expliquer le fonctionnement du lieu et jouer avec les enfants. Pendant les stages en revanche, qui ne pourront pas encore commencer cet été je pense, les enfants seront entièrement pris en charge par du personnel formé.

D’un point de vue pratique, comment cela se passera-il ?

Le lieu, d’une capacité de 160 personnes adultes compris, sera ouvert du mardi au dimanche hors vacances scolaires et tous les jours pendant les vacances. L’entrée sera payante — 12 euros — uniquement pour les enfants à partir d’1 an. Je ne sais pas encore exactement quand je recevrai l’autorisation de la commune pour ouvrir le local, mais dès qu’on aura le feu vert, tous les enfants et leurs parents seront les bienvenus au 164 de la rue de Boetendael à Uccle.

→ Plus d’infos : lemondedayden@gmail.com | www.lemondedayden.be

 

 

À lire également :