Actus

Handycab, la nouvelle appli qui facilite le transport des personnes à mobilité réduite

Handycab est une plateforme entièrement dédiée à la mobilité des PMR qui centralise toute l’offre de taxis adaptés. Actuellement, une trentaine de véhicules y sont déjà affiliés et, à terme, Handycab, devrait en compter une centaine sur Bruxelles.

Via cette application, l’usager à mobilité réduite pourra enfin commander son taxi adapté en un clic (via l’appli) ou en un coup de téléphone (au 02 315 31 00). Détail non négligeable : la totalité des chauffeurs a suivi une formation conduite et sécurité orientée PMR.

Pour rappel, les modalités de transport pour les personnes handicapées ou gravement malades sont multiples :

TRANSPORTS URGENTS

En cas d’urgence médicale, il vous faudra appeler le numéro gratuit prévu à cet effet : le 100 (ou le 112 accessible dans tous les pays de l’UE). Une ambulance agréé (ou un hélicoptère si nécessaire) vous conduira jusqu’à l’hôpital le plus proche.

La plupart des mutualités interviennent à raison de 50% sur la facture d’un service ambulancier.
Le montant d’un transport en ambulance est fixé par le SPF Santé publique.

Depuis 2019, un tarif unique de 60€ sera facturé au patient.

Une intervention est également accordée lorsque le patient est transporté par hélicoptère. Par contre, les frais encourus par le SMUR (service mobile d’urgence et de réanimation) ne peuvent en aucun cas être facturés au patient.

Les frais de transport d’un enfant prématuré sont également couverts par l’assurance obligatoire (ASSI).

TRANSPORTS NON URGENTS

Par transport non urgent, il faut entendre le transport d’un malade qui doit se rendre à une consultation médicale, entrer ou sortir d’hospitalisation, être transféré d’une institution hospitalière à l’autre pour y subir des examens ou un traitement de radiothérapie… Ce type de transport nécessite un véhicule adapté, mais toutefois moins équipé qu’une ambulance pour transports urgents. Ces transports peuvent se faire par le biais de sociétés privées, de la Croix-Rouge (105), de mutuelles, d’associations…

Les tarifs de ces types de transports varient fortement d’un service à l’autre car, en Région bruxelloise (contrairement à la Région wallonne), aucune règlementation n’est encore prévue.

→ Choisir son transport non urgent ici

En outre, une intervention de la mutuelle, sous certaines conditions, est prévue pour les frais de transport des patients en voiturette, de et vers un centre spécialisé ou de rééducation fonctionnelle.

→ Choisir son transport adapté aux personnes en chaise roulante ici

Les frais de déplacement des enfants suivis dans un centre de rééducation fonctionnelle, ainsi que les frais de déplacement des patients cancéreux peuvent également être partiellement remboursés par l’assurance obligatoire soins de santé à hauteur de 0,25 € par km.

TRANSPORTS SOCIAUX

Le transport social peut être contacté par des personnes à mobilité réduite (PMR), malades ou handicapées pour participer à des activités sociales ou dans le cadre d’un déplacement médical. Les services communaux et plusieurs asbl bruxelloises offrent diverses possibilités.

Seul le transport adapté pour personnes handicapées reconnues est réglementé dans le cadre de la réglementation « Titres-services ».

→ Choisir son transport social : ici

Take Off, asbl qui connecte l’enfant malade à sa classe, devient ‘ClassContact’

En cette rentrée académique, l’asbl Take Off a décidé de changer de nom. Elle se nomme à présent ‘ClassContact’ et entend bien tout faire pour briser l’isolement d’encore plus d’enfants malades, hospitalisés ou soignés à domicile. Ceci, notamment, en mettant à leur disposition le matériel informatique nécessaire pour pouvoir continuer à suivre les cours à distance.

ClassContact, nouveau nom de Take Off asbl, pour connecter l'enfant malade à sa classe

En 2019, l’asbl Take off, soutenue par le Fonds Venture Philanthropy de la Fondation Roi Baudouin, a été élue « Coup de cœur ». Grâce à cela, elle a obtenu une aide financière supplémentaire et l’opportunité de mieux se faire connaître du grand public. Aujourd’hui, l’asbl change de nom et se dote d’un nouveau site web également dans le but d’augmenter sa notoriété et faire en sorte que tous les enfants malades puissent rester connectés à leur scolarité.

Pourquoi ce changement de nom ?

Dans l’article, publié sur son site, annonçant ce changement de nom, ClassContact s’explique : « Pourquoi un tel changement ? Pour coller à nos ambitions et mieux nous faire connaître auprès de notre public cible d’enfants malades, de parents, d’écoles et d’entreprises, mais également auprès de tous les acteurs, parties prenantes et partenaires susceptibles de nous venir en aide afin de soutenir la rescolarisation des enfants malades de longue durée. »

Nouveau site web, nouvelle communication

ClassContact s’est également doté d’un nouveau site internet et sa communication a été adaptée pour apporter une information plus claire et plus accessible à son public cible. Ainsi, la nouvelle plateforme au design plus moderne permet d’accéder plus facilement aux différents onglets : Nous aider, Participer, Pourquoi, En pratique, Qui sommes-nous… L’asbl rappelle notamment que 2.500 euros sont nécessaires pour aider un seul enfant malade à se reconnecter à sa classe et tenter de réussir son année. Elle a donc besoin de beaucoup de dons pour pouvoir soutenir un maximum d’enfants.

Soutien indéfectible des Diables Rouges

Comme pour presque toutes leurs actions de communication, les Diables Rouges, et en particulier Thomas Meunier, ont sans surprise accepté de soutenir ClassContact. C’est ainsi que le célèbre footballeur s’est prêté au jeu en déballant, au sein d’une courte vidéo, un ballon de foot sur lequel figure le nouveau logo de l’asbl.

Sofia Douieb

À lire sur le même sujet :

Intégration scolaire en régression : les directeurs du spécialisé tirent la sonnette d’alarme

Une lettre incendiaire vient d’être transmise à Caroline Désir, ministre de l’Education en Fédération Wallonie-Bruxelles. Les auteurs ? L’ensemble des directeurs des 56 écoles d’enseignement spécialisé fondamental qui s’insurgent contre le retour en arrière manifeste de l’intégration scolaire. 

Depuis le 19 août 2020, date de diffusion de la nouvelle circulaire organisant les écoles d’enseignement fondamental spécialisé, le secteur n’a eu de cesse de s’insurger contre les nouvelles mesures d’intégrations. Le Gamp a par exemple écrit sur son site : « Concernant la suppression de l’intégration scolaire, bien que les bienfaits de cette intégration soient à nuancer, nous sommes très inquiets de voir l’abandon de l’une des rares mesures permettant aux élèves du spécialisé de s’intégrer dans le général. »  C’est maintenant au tour des directeurs du spécialisé de tirer la sonnette d’alarme au travers de leur courrier, teinté d’incompréhension et d’amertume, tout juste envoyé à Caroline Désir; ministre de l’Education à la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Lettre à Caroline Désir

Madame la Ministre,

Nous nous permettons, par la présente, de solliciter votre aimable attention par rapport à une série de difficultés que nous, directeurs d’écoles spécialisées, vivons en cette rentrée 2020.

Plusieurs annonces faites par le biais de circulaires nous font réagir et nous inquiètent pour l’avenir des élèves que nous encadrons depuis de nombreuses années dans le cadre des projets d’intégration.

La circulaire de rentrée 7689 du 19 août 2020 prévoit la suppression des intégrations temporaires totales. Par conséquent, à partir du 1er septembre 2020, les élèves en difficultés seront dans l’obligation d’intégrer l’enseignement spécialisé pour le 15 janvier au plus tard afin de pouvoir bénéficier d’un projet d’intégration permanente totale. Nous avons déjà connu cette situation il y a 30 ans, vos prédécesseurs se sont battus pour améliorer le dispositif avec succès. En le remettant en place, c’est une pénible régression que nous vivons.

Nous souhaiterions connaître précisément vos intentions pour assurer un enseignement de qualité à tous nos élèves en difficulté. Nous découvrons les missions des futurs pôles d’intégration dans les circulaires destinées à l’enseignement ordinaire alors que l’avis n°3 du Pacte pour un Enseignement d’Excellence annonce que le pôle d’intégration sera attaché à une école d’enseignement spécialisé.

Nous vous demandons la mise sur pied urgente de rencontres ou autres tables rondes avec les directions des écoles d’enseignement spécialisé afin de vous expliquer le merveilleux travail accompli dans nos écoles d’enseignement spécialisé et de nous rassurer par rapport aux mesures annoncées dans la circulaire de rentrée 7689 le 19 août 2020 sur la suppression des intégrations temporaires totales et la mise en place des PARI prévus en septembre 2021.

Avez-vous pris conscience de la mesure du travail accompli tant dans l’enseignement spécialisé que dans l’ordinaire ?

Que devons-nous répondre aux interpellations des parents inquiets, aux directions de l’ordinaire, et aux enseignants qui travaillent en collaboration avec nous dans le cadre de l’intégration ?

Nous avons besoin de réponses claires et précises pour nous préparer, pour informer nos membres du personnel, pour rassurer les parents. Qu’adviendra-t-il des élèves qui viennent de démarrer un projet d’intégration ? Seront-ils suivis toute leur scolarité ? Nous avons fait des promesses aux parents lors de l’inscription de ces élèves. Nous avons mis en place des partenariats avec les directions de l’ordinaire, les enseignants des écoles ordinaires, les PMS mais avant tout avec les élèves et à leurs parents.

Avez-vous pris conscience de la mesure du travail accompli tant dans l’enseignement spécialisé que dans l’ordinaire ? De nombreux élèves ont pu réintégrer un parcours scolaire avec succès grâce au travail accompli au sein des projets d’intégration. Les exemples sont nombreux.

L’enseignement spécialisé s’adapte en permanence, nous avançons malgré le manque de communication. Nous avons malheureusement pu constater que le réseau social Facebook semble devenir votre mode de communication privilégié : les enseignants, les parents … reçoivent par ce biais des informations avant nous, les professionnels. Est-ce que cette situation est normale ?

L’enseignement spécialisé souhaite progresser malgré les informations de dernière minute, les sites qui ne sont pas mis à jour, les exigences de l’Administration, les complications administratives, etc.

Pensez-vous réellement qu’une direction de l’enseignement spécialisé pourra dégager du temps pour devenir un leader pédagogique ? Il s’agit pourtant une volonté du Pacte d’Excellence.

Avez-vous une idée du nombre d’heures de travail prestées pour offrir un enseignement de qualité ?

Faites-nous confiance

Nous sommes fatigués d’improviser, nous avons besoin de nous projeter et de comprendre la finalité des projets à venir.

L’enseignement spécialisé a changé. Nous vous demandons de faire confiance aux personnes de terrain pour construire un beau projet qui aidera TOUS les élèves. Les écoles d’enseignement spécialisé sont moins nombreuses mais elles sont le terreau de vos réformes.

Nous vous demandons de nous faire confiance, nous acceptons le changement et nous voulons collaborer pour obtenir le meilleur pour tous les élèves.

Nous voulons qu’un jour toutes nos écoles puissent afficher ce slogan :

Mon école EXTRA ordinaire !

 

L’ensemble des directeurs des 56 écoles d’enseignement spécialisé de l’enseignement libre. Avec le soutien du collège des directeurs de l’ordinaire et des parents.

Victoire pour les aidants proches : leur statut enfin reconnu

À partir de ce 1er septembre, les demandes de reconnaissance du statut d’aidant proche pourront enfin être introduites. Une procédure très attendue par beaucoup, car c’est notamment le seul moyen d’obtenir le nouveau congé thématique dédié aux aidants reconnus. Une interruption de carrière déjà introduite en 2019, mais jusqu’alors impossible d’accès, car la loi n’était pas encore entrée en application. 

En Belgique, 800.000 personnes consacrent de nombreuses heures à aider au quotidien un proche malade, handicapé, âgé… Les parents, grands-parents ou amis de la famille d’un enfant ayant besoin de soins sont évidemment repris dans ce chiffre et sont considérés comme des aidants proches. Ces derniers luttent depuis des années pour pouvoir être reconnus et obtenir un statut. À l’aube du début de l’année scolaire, une éclaircie semble se profiler. Les demandes de reconnaissance peuvent enfin être introduites, mais ne seront accordées que sous certaines conditions définies dans le dernier Arrêté Royal sur les Aidants Proches...

Seule façon d’obtenir le congé thématique pour les aidants proches

En mai 2019, un nouveau congé thématique —ou interruption de carrière— dédié aux travailleurs qui sont reconnus comme aidants proches d’une personne ayant besoin de soins à vu le jour. Mais pour y avoir droit, il fallait d’abord être reconnu officiellement comme aidant proche. Une procédure qui devait normalement être possible dès octobre 2019, mais qui n’a pas abouti. C’est seulement un an plus tard que la situation se débloque enfin et que les aidants proches peuvent enfin (dès le 1er septembre) introduire cette fameuse demande de statut. Seul moyen d’obtenir le congé thématique tant attendu…

Qui peut obtenir le statut, comment et sous quelles conditions ?

Conditions d’octroi du statut d’aidant proche et ses modalités pratiques selon le dernier Arrêté Royal du 25/06/2020 :

  • Pour être reconnu, l’aidant proche devra introduire une demande à sa mutuelle et respecter les conditions suivantes: avoir sa résidence principale en Belgique et prester au minimum 50 heures par mois ou 600 heures par an.
  • La mise en place d’un registre central des aidants-proches et des personnes aidées est prévue.
  • Chaque personne aidée pourra faire appel à un maximum de 3 aidants proches (ne dépassant pas un total de 150 heures par mois).
  • Le montant de l’allocation sera versé par l’ONEM et celui-ci variera selon que vous preniez un congé à temps plein ou à mi-temps et selon votre situation familiale et votre âge.
  • Les aidants proches reconnus auront accès à un congé thématique pour assistance médicale (types d’aide: soins infirmiers, alimentation, lavage et habillage, courses, fourniture de médicaments, assistance pour les déplacements, supervision et soutien psychologique).
  • Ce congé thématique, jusqu’ici réservé à la famille proche, sera désormais élargi aux amis et sera progressivement étendu d’ici 2024. Un soignant peut non seulement prendre soin d’un membre de la famille ou d’un parent, mais aussi d’un ami ou d’un voisin.
  • Il sera porté de 12 à 18 mois pour l’aidant proche qui souhaite prendre un congé à temps plein et de 24 à 36 mois pour celui qui poursuit son activité professionnelle à mi-temps. Un mois sera ajouté chaque année (pour le plein temps) et deux mois par année (pour le mi-temps).
  • Les malades de longue durée (sous réserve de l’accord préalable du médecin conseil) qui perçoivent une indemnité maladie pourront également exercer l’activité d’aidant proche.
  • Les indépendants pourront également bénéficier de ce congé thématique.

 

 

À lire sur le même sujet :

Lego offre aux enfants malvoyants une nouvelle façon d’apprendre le braille

Des briques Lego en braille seront désormais distribuées gratuitement dans des écoles et associations de sept pays différents. L’objectif visé par l’entreprise danoise, dont l’une des valeurs premières est l’inclusion, est d’offrir aux enfants aveugles ou malvoyants une possibilité supplémentaire d’apprendre le système d’écriture braille. 

Par cette initiative, Lego souhaite à la fois donner la possibilité à ces enfants d’apprendre en s’amusant, mais également de leur permettre de jouer avec leurs proches ou amis voyants sur un même pieds d’égalité ; en inclusion. Brésil, Danemark, France, Allemagne, Norvège, Royaume-Uni et Etats-Unis sont les sept premiers pays concernés par le lancement des nouveaux kits. Mais en 2021, ils seront disponibles dans pas moins de 20 pays; dans 11 langues différentes.

Une nouvelle façon d’apprendre le braille

« Les briques sont moulées de manière à ce que les petits plots d’emboîtage reflètent les lettres et les chiffres individuels de l’alphabet braille tout en restant totalement compatibles avec le système Lego », précise le groupe dans un communiqué. Ces nouveaux blocs aux six couleurs peuvent être d’autant plus utiles que trop peu d’enfants ou même d’adolescents malvoyants maitrisent ce système d’écriture. Apparemment, ils ne seraient que 20% en France à le « lire ». Pourtant, et comme l’explique Philippe Chazal, trésorier de l’European Blind Union, « on considère que ceux qui maîtrisent le braille sont souvent plus indépendants, avec un niveau d’éducation plus élevé et de meilleures opportunités d’emploi.

L’inclusion comme moteur de l’initiative

En plus de permettre aux enfants déficients visuels d’apprendre en s’amusant, le groupe Lego souhaite également favoriser leur inclusion au sein de la société. En-dessous de la combinaison en braille, Lego a gravé la lettre romaine ou le chiffre correspondant sur chaque brique. Ceci afin de la rendre lisible à la fois par tous. Les enfants non-voyants pourront ainsi jouer sur un pied d’égalité avec leurs parents ou d’autres enfants voyants.

Sofia Douieb

↓ Ci-dessous, une vidéo explicative, en anglais, sur les « Lego Braille Bricks »

 

À lire sur le même sujet :